recherche

Search form

Frère Paul-Armand Breguet

Le premier mot de la Règle de Saint Benoît c’est: “Écoute”. Le moine est celui qui écoute et celui qu’il écoute c’est Dieu. Dieu en effet parle à tous les hommes, sans se lasser. Il s’adresse à chacun dans son cœur, c’est la voix de la conscience, ou encore par la beauté de sa création. Qui n’a jamais admiré un coucher de soleil en été ou, dans le calme de la nuit, un ciel étoilé ? “Les cieux racontent la gloire de Dieu” (Ps. 18). Pour le croyant, Dieu parle aussi par les Écritures, sa Parole révélée dans la Bible et incarnée dans Jésus-Christ, et par la voix de l’Église, la mère qui nous a engendrés par le baptême. Mais il y faut une condition : le silence, car Dieu se manifeste à nous : “dans le frémissement d’une brise légère” (1R 19, 12) et il ne faut pas nous étonner que notre époque ennemie de Dieu soit également ennemie du silence. Celui qui choisit de devenir moine, c’est celui qui, un jour, a prêté l’oreille à la voix de Dieu et l’a entendu lui adresser, dans l’intime de son cœur, un appel spécial à se consacrer à Lui seul.

Cependant, s’il est vrai que Dieu nous parle, il est également certain que bien des obstacles nous empêchent de l’écouter et d’abord notre nature humaine affaiblie par le péché. Il y a aussi le monde et le Prince de ce monde qui par tous les moyens cherchent à nous détourner des réalités invisibles. Ils nous sollicitent sans cesse par des images, des sons, des situations, des personnes afin de nous attacher aux biens de la terre, aux plaisirs aveugles... sans plus penser à la vie future. C’est pourquoi le moine renonce au monde et s’installe [se fixe] au monastère où dans la pauvreté, le silence, la prière il apprend à n’user des choses qu’en vue de Dieu, afin de devenir toujours plus libre. Il s’ouvre à Dieu pour recevoir de Lui la guérison de ses blessures, cesser d’être aveugle et sourd et courir désormais, “le cœur dilaté” dit St Benoît, sur la voie des commandements de Dieu et des conseils évangéliques.

Et il n’est pas seul au monastère, il y a rejoint d'autres frères qui l’avaient précédé dans cette voie. Ensemble ils forment une famille, la famille de Dieu, réunie autour de son représentant : l’Abbé qui tient la place du Christ. Au cours des étapes successives de l’engagement (vêture, noviciat, profession) l’Abbé lui a posé cette question : “Quid petis?” (que demandez-vous?) et il a répondu : “Misericordiam Dei et vestram confraternitatem” (La miséricorde de Dieu et l’admission dans votre communauté de frères). L’Abbé a conclu : “Dominus det tibi societatem electorum suorum” (Que le Seigneur vous donne place dans la société de ses élus.)

Cette dernière réponse éclaire la vocation du moine, la “société des élus de Dieu” renvoie non seulement à la communauté terrestre : les moines qu’il a appelé à son service dans cette communauté concrète ; mais aussi, et d’abord, à la communauté des Saints réunie dans le ciel autour du Seigneur. La vie monastique a un rapport intime avec la vie bienheureuse, au point que Dom Delatte, troisième Abbé de Solesmes, l’a nommée “le noviciat de l'éternité”. En effet on y anticipe déjà les conditions de la vie céleste et les moines sont appelés à ressembler aux Anges de Dieu par la chasteté et la vie passée entièrement sous son regard, c’est en ce sens que l’on dit parfois que sa vie a une dimension prophétique.