recherche

Search form

Le moine et la comtesse

Subtotal13,18 €
TVA 5.5%0,72 €
Prix13,90 €
SKU:
2605

ISBN: 

978-2-85274-312-0

Format: 

170 x 240 mm
313 pages
broché
Dom Prosper GUÉRANGER
Le moine et la comtesse

Correspondance entre Dom Guéranger et Madame Swetchine : 1833-1854

La correspondance entre Mme Swetchine et dom Guéranger révèle avant tout l’histoire d’une amitié. On est en présence de deux êtres apparemment dissemblables : d’un côté, un jeune prêtre sarthois issu de milieu modeste, et de l’autre, une femme, russe d’origine, née dans une famille de la haute noblesse vivant à la cour de Catherine II, et convertie au catholicisme depuis 1815. Ce qui réunissait surtout ces deux âmes, c’était la foi, une foi ardente, virile et communicative, à travers bien de souffrances, de difficultés, de dénigrements rencontrés.

La publication de cette correspondance rend justice à deux figures majeures du « réveil » catholique de la première moitié du XIXe siècle. L’ouvrage du P. Hala offre la double richesse de l’intégralité de ces échanges, accompagnés d’un appareil critique très solide qui rend toute sa présence historique aux acteurs de ce renouveau.

Il ne faudrait pas réduire ces échanges entre un moine et une « femme du monde », à un simple croisement du sublime et du futile. Ces lettres livrent les deux faces d’une renaissance. La convertie et le refondateur mêlent leurs mots et leurs actes pour aboutir à rien de moins que restaurer la vie bénédictine en France.

Cette fraternité spirituelle est une des ces grandes amitiés, qui font l’histoire du catholicisme.

Dom Prosper Guéranger (1805-1875), 1er abbé de Solesmes et restaurateur de la vie bénédictine en France. Il a favorisé, au prix de grandes luttes, le retour à l’unité liturgique romaine. Son ouvrage, l’Année liturgique, traduit en plusieurs langues, a éduqué des générations à la prière chrétienne.

Sophie Swetchine, est une aristocrate russe convertie de l’orthodoxie, qui s’installera à Paris où son salon, qui aura une audience européenne, deviendra un lieu d’échanges où se traitaient les questions philosophiques, politiques et théologiques de l’époque.