recherche

Search form

Août 2015 - Assomption de Notre Dame

Dormition, frère Benoît Fauvellière, 1984

Si doucement endormie,
Très douce Vierge Marie,
Des fidèles Vénérée,
Et si tendrement aimée,
Entre les femmes bénie,
Vous êtes la plus aimée.

Si près de votre tombeau,
Votre visage est si beau,
Que j'aime vous regarder,
Être là, vous admirer,
Comme l'enfant au berceau.

C'est votre Magnificat,
Entremêlé du Fiat,
C'est cette flamme et ce feu,
Qui ont jailli jusqu'à Dieu,
Pour qu'il règne: "Adveniat".

Tout cri, tout soupir s'est tu,
Je viens près de toi, veux-tu,
Te redire mes Ave,
Comme l'Archange l'a fait,
En t'adressant son salut.

Tu ne te doutais de rien,
Mais le Seigneur savait bien
Qu'il écrirait dans ton Cœur,
Comme en un beau parchemin,
Avec son doigt Créateur,
Et le testament ancien,
Et l’Évangile sauveur.

Vierge de l'Assomption,
Ayez en Compassion,
Notre misère et notre faiblesse,
Soyez-nous paix, joie, liesse,
Ces fruits de la Passion.